Par Asma Azar

Chef du département d’orthopédagogie

 

Voilà deux termes nouveaux, plutôt bizarres. Et si nous cherchions leur sens dans le dictionnaire ?

Selon le Larousse, l’orthopédagogie  «au Québec,  c’est l’ensemble des méthodes pédagogiques visant à remédier aux troubles d’apprentissage chez les élèves en difficulté ou handicapés »[1].

La définition du mot orthopédagogue quant à elle est inexistante dans le Larousse.  Le dictionnaire  en ligne définit ce mot par « spécialiste de l’orthopédagogie, ensemble de méthodes visant à éviter l’échec scolaire »[2].

Au Liban, l’orthopédagogue est un enseignant spécialisé dans l’intervention pédagogique auprès des personnes ayant une déficience, un trouble ou une difficulté d’apprentissage ou d’adaptation.

Ces définitions nous amènent à nous poser beaucoup de questions : Elèves handicapés? Peuvent-ils apprendre ? Où ? A l’école ?

L’échec scolaire peut-il être évité ? N’est-il pas tributaire des capacités de l’élève et de son intelligence ?

En effet, étudier l’orthopédagogie et devenir orthopédagogue c’est pouvoir réfléchir à toutes ces questions et y trouver des réponses.

C’est aussi, adopter une nouvelle façon de percevoir et  de comprendre l’apprentissage, l’enseignement et l’école.

C’est se rendre compte que chacun peut apprendre quelles que soient ses difficultés et ses limites.

C’est relever le défi à chaque moment pour trouver les techniques, les outils et les méthodes les plus appropriées pour permettre à un enfant en difficulté d’apprendre.

C’est aussi communiquer et coopérer avec les spécialistes, les enseignants, les parents et l’apprenant.

C’est apprendre à percevoir et célébrer les menus progrès, les réalisations minimes et donc de contribuer concrètement chaque jour à la réussite de l’apprenant handicapé ou en difficulté.

C’est surtout faire un travail sur soi, changer sa propre perception du monde … et changer le monde !

Pour devenir orthopédagogue il faut s’intéresser à la cause des enfants handicapés ou en difficulté,  il faut s’engager à faire valoir leur droit à l’éducation.

Pour devenir orthopédagogue il faut se former.

La formation à cette profession est proposée à l’Institut libanais d’éducateurs (ILE) de l’université Saint-Joseph. Cette formation est accessible aux étudiants ayant obtenu leur baccalauréat libanais ou son équivalent. Elle s’étale sur  trois années universitaires soit 6 semestres. L’étudiant ayant validé 180 crédits obtiendra « la licence en sciences de l’éducation option orthopédagogie ». La poursuite des études de deuxième cycle est également possible et donc l’ILE assure un cursus de Master professionnel ou de recherche en orthopédagogie.

Le cursus de formation renferme un aspect théorique et un autre pratique. En parallèle aux cours variés d’orthopédagogie, de pédagogie, de psychologie, d’art et d’outillages académiques, l’étudiant effectue des stages sur le terrain. Ces derniers lui permettent de connaître de plus près les enfants handicapés ou en difficulté et d’expérimenter le travail d’orthopédagogue.

Intéressés par cette formation ? Connectez-vous au www.ile.usj.edu.lb pour les détails.


[1] http://www.larousse.com récupéré le 22 février 2012

[2] http://www.le-dictionnaire.com, récupéré le 22 février 2012.

Print Friendly


, posté le juin 10th 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.