Christine Apostolidès

Chargée d’enseignement

Formatrice à l’Institut libanais d’éducateurs

Nous sommes réunis ce soir autour d’un nom : AIDA

Mais aussi autour d’un titre pour une grande dame qui n’est plus parmi nous depuis un an, mais EN nous sûrement , tous les jours dans nos faits et gestes.

Je suis très honorée par les éminents professeurs qui sont à ma droite et à ma gauche et, bien entendu, très impressionnée par le parcours de chacun de ces messieurs.

Ils vont à leur façon traduire le titre de notre table ronde en deux interventions :

  • L’exemplarité comme valeur fondamentale de l’éducation
  • La relation pédagogique ; pourquoi faut-il aujourd’hui le retour en force du maître.

Ils ont, tous les deux, très bien connu Aïda et partagent avec nous son souvenir et sa présence. J’ajouterai aussi son sens de l’éthique.

Je voudrai humblement essayer de vous les présenter. Ce sera tâche dure vu les innombrables titres qu’ils portent et les innombrables productions et écrits avec lesquelles ils ont enrichi notre quotidien universitaire et personnel. Je commence donc par le « plus jeune » :

M. Mounir CHAMOUN professeur à l’USJ et dans l’enseignement supérieur depuis près de 50 ans. Je l’ai côtoyé personnellement durant les années de guerre et l’image de son bureau, qui ne désemplissait jamais d’étudiants en quête de savoir ou d’un regard, est restée vivante dans ma mémoire. M. CHAMOUN a été vice-recteur à la recherche de l’USJ entre 1995 et 2008.

 

  • Psychanalyste praticien depuis 1973, il est co-fondateur de la société libanaise de psychanalyse en 1980.
  • Fondateur de l’université pour Tous de l’USJ en 1997.
  • Membre de la société psychanalytique de Paris.
  • Rédacteur en chef de la revue « Travaux et jours » de l’USJ.

En termes de publications, nous retenons les plus importantes :

  • Considérations anthropopsychanalytiques sur le voile islamique, in « Adolescence Paris 2004 »
  • Génocide et Ethnocide : une lutte pour survivre in « Topique Paris 2007 »
  • Tentations suicidaires et tentatives de suicide à l’adolescence in « Annales volume 26 2010 »
  • Le psychanalyste et la cité in « Travaux et Jours » No 84 2011
  • Approches psychanalytiques des troubles anxio-dépressifs in « Annales de psychologie, Volume 27 2012 »
  • L’adolescent et la guerre in « Vermorel et al 2012 »

 

M. Antoine MESSARA

 

J’a connu M. MESSARA en 1972 au cours d’un enseignement que je prenais à l’ELFS. A cette époque je croyais fermement, comme beaucoup d’entre nous, que je changerai le monde. C’est que mon professeur avait une façon unique et particulière d’observer et d’expliquer le monde. Je comprends maintenant pourquoi « l’Express international » dans son dossier intitulé : « Les cent qui font bouger le Liban », écrit dans le numéro 2592 en 2001, et je cite « A force d’observer la société libanaise, Antoine MESSARA a acquis une sorte de détachement bienveillant qui lui permet d’expliquer sans condamner : observateur infatigable, il a trouvé au Liban matière à approfondir ses thèses sur le pluralisme interactif. Fervent défenseur de la démocratie, ce professeur de Sciences politiques a toujours été en première ligne lorsqu’il a fallu défendre les libertés. MESSARA ne se contente pas d’enseigner aux libanais qui défilent dans ses cours depuis des générations le véritable respect de l’autre et la nécessité, pour un régime complexe et fragile comme celui du Liban, d’une représentativité réelle, il organise aussi des séminaires et publie des ouvrages pour tenter de chasser les fantômes qui ont déchiré son pays. Il a lancé avec la coopération de l’Union Européenne, un observatoire de la démocratie au Liban, gardien vigilant de valeurs rares dans cette région ».

Ami et collaborateur de Aïda depuis les années 60, il a été professeur à l’UL de 1967 à 2009

M. MESSARA a été élu membre du conseil constitutionnel le 18/12/2008.

Coordonnateur du mastère en relation islamo-chrétienne à l’USJ, il a été membre des deux commissions du CRDP pour l’éducation civique et l’histoire de 1996 à 2002.

Il a reçu le prix du président Elias EL HRAWI pour le « Pacte Libanais » en 2007.

Professeur à l’institut des études judiciaires depuis 2012

Je retiens de ses œuvres :

-          Le modèle politique Libanais et sa survie  1983

-          النظرة العامة في النظام الدستوري اللبناني ، 2005

-          La génération de la Relève en 4 vol. 1989-1994

-          Observatoire Libanaise de la magistrature 2007-2008

M. Antoine MESSARA est peut-être le citoyen Libanais qu’on aimerait être, qu’on voudrait pour nos enfants et pour le pays.

Print Friendly


, posté le juin 12th 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.