L’autonomie est sans contredit l’un des sujets qui occupent le devant de la scène depuis plusieurs années mais en même temps qui déroutent les parents, les  enseignants et les orthopédagogues, notamment en raison de son caractère polysémique.

En effet, tenter de définir l’autonomie  atteste de la complexité de cette notion. La plupart des enseignants et des orthopédagogues  reconnaissent le caractère familier de l’autonomie mais la déterminent en creux, par opposition et rapprochement de termes ; plus précisément la liberté, la responsabilité et le respect des règles. Dans la majorité des cas, on assimile souvent la recherche de l’autonomie à la disparition de la dépendance. On parle alors d’indépendance et on aspire à « se libérer » de ceux qui contrôlent notre vie ou qui exercent une influence importante sur nous. La dépendance est ainsi souvent spontanément citée pour tenter de définir l’autonomie.

En réalité, l’autonomie est indissociable de la dépendance et n’équivaut donc pas à la disparition totale et définitive des dépendances, ce qui est utopique, mais à une non-soumission, une non-domination et une non-sujétion à l’autre.

Actuellement, beaucoup de débats portent à la fois sur la dimension conceptuelle de l’autonomie afin de circonscrire sa signification et ses exigences pédagogiques :

ce qu’elle est, ce qu’elle implique et ce qu’elle suppose.  Par ailleurs, les débats portent aussi et surtout  sur sa dimension opérationnelle: comment la développer et la traduire concrètement dans la vie scolaire et quotidienne tout en rendant compte de la grande difficulté à la faire sienne.

 

Finalement, l’enjeu de l’autonomie est de permettre à la personne de développer le plus possible ses qualités et potentialités physiques, morales et intellectuelles, aussi bien sur le pan de la décision qu’à celui de l’action. L’autonomie devient ainsi une valeur clé des  systèmes éducatifs qui  souhaitent former des individus capables de s’adapter à des sociétés en pleine transformation et de devenir acteurs de leur apprentissage

Viviane Bou Sreih

Chargée d’enseignement à l’ILE

Responsable du cursus Master en orthopédagogie

Print Friendly


, posté le fév 1st 2013

Commentaires fermés

Commentaires fermés.