Extraits du site http://www.naitreetgrandir.com/fr

 

Les crises de colère font partie du développement normal de l’enfant, particulièrement à l’âge où celui-ci commence à apprendre à marcher. Les petits piquent des colères pour 3 raisons principales:

- Parce-qu’ils sont dépassés par leurs sentiments, leurs sensations de faim, de maladie, de confusion, d’impuissance, de frustration, de colère ou même de terreur. Un trottineur dont le vocabulaire est encore limité exprime ce qu’il ressent par des caprices ou par des crises de colère et votre refus de lui céder peut le mettre en colère.

- Parce-qu’ils ont appris de leurs expériences précédentes qu’une crise de colère peut être récompensée. Si par le passé ils ont obtenu ce qu’ils voulaient après avoir eu un accès de rage, ils peuvent recommencer pour imposer leur volonté.

- Parce-qu’ils désirent attirer votre attention. Cela peut découler du fait qu’ils se sentent tenus à l’écart, ignorés ou seuls ou, au contraire, du fait qu’ils ont l’habitude de monopoliser l’attention.

Comment faire face:

-Commencez par essayer d’apaiser et de calmer votre enfant et tentez de lui parler. Si cela  ne marche pas parce qu’il est trop énervé, emmenez-le dans un endroit tranquille et sûr et laissez-le pleurer à chaudes larmes. Restez à proximité de lui mais remettez la discussion à plus tard.

-Une fois qu’il l’acceptera, tenez le tendrement contre vous et rassurez-le. Aidez le à parler de ce qui s’est passé, de ce qu’il a ressenti et de la cause de sa colère.

-Il est important de ne pas lui céder quand il pique une colère même si c’est très tentant de le faire quand il vous donne de pieds et HURLE EN PUBLIC. Même si vous ne cédez que très occasionnellement, vous lui apprenez que ses accès  de colère sont un moyen efficace d’obtenir ce qu’il veut.

-Faites preuve de patience et essayez de lui donner le bon exemple en maîtrisant votre propre colère et votre propre frustration. Évitez de vous emporter contre lui : cela ne ferait qu’aggraver les choses. Parfois, il suffit de s’éloigner pendant quelques minutes pour retrouver son calme.

-Ne vous inquiétez pas de ce que pensent les gens autour de vous. Concentrez-vous sur la meilleure manière d’affronter la situation et rappelez-vous que les parents parfaits n’existent pas.

-Si vous pensez que les accès de colère de votre enfant sont de plus en plus fréquents ou que celui-ci a réellement beaucoup de difficulté à se calmer, parlez-en à son médecin.

 

Comment les prévenir?

Voici quelques conseils pour éviter que votre enfant ait des accès de colère :

- Essayez d’éviter qu’il soit trop fatigué ou affamé. Quand vous sortez, prenez vos précautions et emportez un en-cas ou son jouet favori.

- Si vous savez que vous vous rendez à un endroit qu’il trouvera ennuyeux, pensez à emporter des choses qui l’occuperont tout le temps.

- Quand vous sortez ensemble, prévenez-le de ce qui l’attend. Si, par exemple, vous vous rendez à l’épicerie, dites-lui d’avance que vous n’allez pas lui acheter de gâterie, mais que vous le laisserez choisir les céréales à acheter, et, toujours dire la vérité si vous allez en visite chez le médecin.

- Si vous voyez qu’il commence à manifester de l’agitation, incitez-le à parler de ce qu’il ressent : Est-il fatigué? A-t-il faim? Se sent-il à l’étroit? En l’encourageant à parler de ce qu’il ressent, vous pouvez l’aider à mieux contrôler ses émotions et à ne pas se laisser submerger par celles-ci.

Une fois que vous connaîtrez mieux votre enfant et que vous saurez quelles situations peuvent déclencher ses crises, vous pourrez éviter de nombreuses explosions de colère. Mais rappelez-vous qu’aucun parent ne peut systématiquement empêcher les crises de colère de son petit. Celles-ci sont une composante bien connue du développement de l’enfant, notamment au moment où il apprend à marcher.

Print Friendly


, posté le avr 4th 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.