Extraits du site http://www.naitreetgrandir.com/fr

Au cours de la 2ème et 3ème année de vie, le sommeil est perturbé par les « grands apprentissages » : ceux de la marche, du langage, de la propreté, etc… En très peu de temps, le petit accomplit de véritables exploits. Malheureusement, l’effort que cela représente a des conséquences sur son sommeil.

L’enfant est aussi en pleine période de découverte et d’affirmation de sa personnalité. Il a beaucoup plus de choses intéressantes à faire que dormir, comme jouer, sauter, regarder ses livres… Il rechigne donc souvent à aller se coucher. S’il est déjà dans « un lit de grand », il lui est encore plus facile de résister.

Enfin, n’importe quel évènement important de sa vie peut nuire à son sommeil. L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, changement de chambre/maison… Quelle(s) stratégie(s) adopter ?

- Conservez les rituels du coucher et appliquez-les dans le même ordre qu’avant. (Donner le bain, brosser les dents, lire une histoire, faire un câlin puis dodo).

 - Répondez à ses nouvelles demandes : allumez une veilleuse, mettez de la musique, laissez la porte de sa chambre ouverte… A cette âge , les petits se mettent souvent à avoir peur de l’obscurité et leur imagination se développe rapidement.

 - Evitez les jeux et les émissions de télévision qui risquent de le stimuler avant le coucher.

 - Ne vous servez pas du lit comme objet de punition surtout durant cette période d’affirmation de soi! le lit doit rester un endroit agréable.

 

* Le défi du coucher:

Il peut arriver qu’au moment du coucher, votre enfant insiste pour poursuivre une activité ou pour que vous continuiez à lui lire un livre. Il cherchera à vous retenir de plusieurs façons en vous disant par exemple « encore un bisou », « encore une histoire », « encore un câlin »… Ce chantage même adorable, doit être contenu avec une douce fermeté. Dites à votre enfant « non ça suffit comme ça, maintenant tu dois dormir, bonne nuit ». S’il va vous voir en pleine nuit, raccompagnez-le à son lit avec la même fermeté.

* Il refuse de se coucher et sort continuellement de son lit? Voici une façon simple et efficace de réagir quand l’enfant à 2 ans ou 3 ans, celle de la « porte ouverte »:

- Dites-lui : « Si tu te lèves, je ferme la porte mais si tu restes dans ton lit je veux bien la laisser ouverte ». s’il se relève fermez-la avant qu’il sorte puis redemandez-lui à travers la porte d’aller se coucher. Après 1 minute , s’il ne l’a pas fait, entrez et remettez-le au lit puis sortez en laissant la porte ouverte. Répétez le scénario si c’est nécessaire.

- Pendant cet apprentissage votre enfant a besoin de savoir que vous êtes derrière la porte, que vous savez ce qu’il fait et que vous réagirez vite. Attention  pour que cette tactique marche il est indispensable que vous fassiez preuve de fermeté et de patience. Vous pouvez également le récompenser vers l’âge de 3 ans lorsqu’il reste couché dans son lit toute la nuit.

* Des dodos à la garderie ou des siestes peuvent-ils empêcher votre enfant de s’endormir le soir?

Non, à moins qu’ils soient démesurément longs (3 ou 4 heures). Selon les pédiatres, une sieste de 1 ou 2 heures généralement en début d’après-midi est nécessaire jusqu’à l’âge de 4 ans ou 5 ans. La sieste n’a que des avantages. Elle permet à l’enfant de se libérer des tensions accumulées dans la matinée. Il sera donc moins agité le soir et vous aurez plus de facilité à le mettre au lit. (Si votre enfant a du mal à se coucher le soir c’est peut-être parce qu’il a passé une journée très excitante avec ses amis). Privilégiez les activités relaxantes en soirée (la lecture, le dessin…).

Print Friendly


, posté le avr 4th 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.