En hommage à Aida Roucos Nehmé, l’Institut libanais d’éducateurs a organisé une table ronde le jeudi 3 mai 2012 à 17h00 autour du thème « Etre et vivre l’éthique dans l’enseignement ». Représentant le Recteur de l’Université Saint-Joseph, le Professeur Henri Awit, Vice-recteur aux affaires académiques a fait un discours dans lequel il a mis l’accent sur le fait que « l’éthique est au cœur du projet éducatif conçu et mis en œuvre par Aïda Roucos ». De même, il a mis en relief  trois obligations éthiques ayant singularisé le parcours professionnel et personnel de Aida et qui sont «le devoir de  probité et d’intégrité, mais aussi deux obligations malheureusement si peu prises en compte lorsqu’on parle d’éthique, soit le devoir de compétence et le devoir de diligence et de bienveillance ». Il a clôturé par un hommage à Mme Roucos Nehmé qui « a su,.., associer ces trois volets dans un équilibre parfait, une harmonie judicieuse et une interactivité dynamique ».

Dr Dunia El–Moukaddam, Directrice de l’ILE  a précisé dans son mot que le nom de Aida Roucos Nehmé « est si naturellement associé à l’éthique, à l’éducation aux valeurs et au développement humain de la personne » et que « lui rendre hommage aujourd’hui c’est reconnaître son empreinte sur des générations non seulement passées mais futures et témoigner d’un enseignement qu’elle a rendu vivant ».

  

 

De son côté, Melle Christine Apostolidès, chargée d’enseignement et formatrice à l’ILE, mais surtout présentée par la directrice comme « accompagnatrice des réalisations de Aida et porteuse de son histoire », a présenté les deux principaux intervenants de table ronde et géré le débat à titre de modératrice.

Monsieur le Professeur Mounir Chamoun, psychanalyste, professeur et fondateur de l’Université pour Tous  à l’USJ et rédacteur en chef de la Revue « Travaux et jours » de l’USJ, a présenté une intervention intitulée « L’exemplarité comme valeur fondamentale dans l’éducation ». Après avoir défini l’exemplarité, M. Chamoun a fait la « différence catégorielle entre l’exemplarité ostentatoire directe et indirecte et l’exemplarité discrète et en quelque sorte interne » : la première étant celle qui s’affiche et qui peut avoir des effets négatifs sur la conduite des personnes et la seconde « celle que Aïda aura vécue durant toute sa vie avec d’autres soldats de l’ombre, et dont l’effet est bénéfique au long cours ».

 

 

 

 

 

 

 

Finalement, le Professeur Antoine Messarra, Membre du Conseil Constitutionnel, a fait une présentation intitulée « La relation pédagogique. Pourquoi faut-il aujourd’hui, à la manière de Socrate, le retour en force du maître ? ». Il a mis l’accent sur l’importance de l’éthique dans de la relation pédagogique à partir d’exemples et de témoignages.

Le public, venu nombreux pour assister à cette table ronde, a exprimé vivement son intérêt pour cette thématique fort importante en éducation.

Print Friendly


, posté le juin 12th 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.