Réflexion sur l’estime de soi, comme condition affective de l’apprentissage

Dans cette vie, nous sommes confrontés à des obstacles. Les difficultés et les obstacles rencontrés sur nos chemins semblent laisser plus de traces dans notre esprit et influencent notre vision de soi, qui est accompagnée d’un sentiment d’impuissance. Mais est-ce que nous avons conscience qu’une fois que nous nous sentons impuissants, incapables de franchir les obstacles, c’est la nuit nocturne… Qu’est-ce que la nuit nocturne ? La nuit nocturne c’est le non confiance en soi, et même en Dieu qui travaille en toi.

Pourquoi ?

Dieu nous a dit : « N’ayez pas peur. J’ai vaincu le monde! » Quand tu sens que tu es incapable de continuer, c’est à ce moment-là sûrement que tu vas ressentir que tu es délaissé, tu es rejeté, tu es…. dans une nuit qui n’a pas de fin. Dieu t’a créé avec des germes de potentialité et c’est à toi de cheminer, à toi de vivre et de survivre. La nuit c’est un espace de temps pendant lequel on dort, pendant lequel on est endormi, inconscient de ce qui est en nous et inconscient de ce que Dieu a créé en nous. Nous sentons parfois que nous ne sommes qu’un petit être incapable même de parler avec l’autre, nous vivons comme nous avions envie de ne pas vivre, comme nous avions envie de ne pas être tels que nous sommes. Tout cela parce que l’autre ne nous a même pas laissé le temps de vivre, ne nous a même pas donné la sécurité pour cheminer ni le courage d’être soi. Dans cette nuit on se trouve seul, mais ce qui est pire que la solitude c’est d’être un compagnon épouvantable pour soi-même (…). Ta réussite n’est pas liée à ce que l’autre laisse de traces en toi, il suffit d’avoir confiance en Dieu, en soi et d’agir avec les autres de la même façon avec laquelle tu aimes que les autres agissent avec toi.

Finalement, une sœur qui a une image négative de soi, est une sœur qui n’a confiance ni en elle-même ni en Dieu qui agit en elle, c’est la nuit nocturne. Une fois que notre image de soi est positive, nous serons capables de reconnaître nos points forts et nos points faibles. De plus nous serons capables d’accepter nos faiblesses. Ainsi nous serons capables de changer en nous ce que nous désirons changer chez les autres, et ensemble nous cheminerons vers l’excellence. Mais il ne faut pas oublier que dans ce cheminement, le sourire est un outil qui nous aide à franchir tous les obstacles, à aller plus loin, plus loin que les critiques, plus loin que les étiquettes, plus loin que la nuit, « c’est la langue universelle de bonté ».

Mais attention « il y a un temps où ce n’est plus le jour, et ce n’est pas encore la nuit. Ce n’est qu’à cette heure-là que l’on peut commencer à regarder les choses, ou sa vie: c’est qu’il nous faut un peu d’obscur pour bien voir, étant nous-mêmes composés de clair et d’ombre. » Christian Bobin. Lettres d’or. La vie est une sorte de cadeau qu’on possède, un petit moment – seulement » Harbour WASSMO.

 Pour la paix du Christ, Sr Nancy FINIANOS
étudiante en deuxième année en éducation préscolaire et primaire

 

Print Friendly


, posté le oct 23rd 2012

Commentaires fermés

Commentaires fermés.